House of Cards – Saison 1 : Bienvenue à Washington

Posted on 2 septembre 2013

0




House of Cards season 1

Une série sur un homme politique et vieux briscards de Washington qui est prêt à tout pour conquérir le poste suprême ! crée par Beau Willimon avec en tête d’affiche Kevin Spacey, produit et diffusé par le site de vidéo à la demande payant Netflix donne House of Cards; le visage le plus sombre de la politique.

Francis Underwood a soutenu le nouveau président Walker durant sa campagne, en échange ce dernier devait le nommer secrétaire d’état mais la chef de cabinet du président, Linda Vasquez lui fera clairement comprendre que le président n’a aucune intention d’honorer sa promesse. Trahis, Francis Underwood et sa femme Claire mettent au point une stratégie pour conquérir le pouvoir et accéder au poste suprême.

LES MARCHES DU POUVOIR

Si il existe bien un monde des plus impitoyable c’est bien la politique. Discipline où s’exercent les plus bas instinct de l’homme, des prédateurs prêt à tout pour imposer leurs autorités et pouvoirs sous couvert d’institutions et principes morales qui en font des personnes « respectables ». Francis Underwood, chef de fil de la majorité démocrate au Congrès se voit donc refuser le poste de secrétaire d’état et va mettre tout en œuvre pour accéder à la plus haute marche du pouvoir : manipulation, trahison, utilisation de la presse à ses propre fin, il n’y a pas de limite à son influence, son pouvoir et bien sur à ses conseils et son autorité. De la campagne manipulé pour échouer de Peter Russo qui aboutit à la mise en scène de son suicide, l’écartement du Vice président pour prendre sa place, l’utilisation des lobby de l’industrie du forage pour financer ses propres ambitions et les aventures répétés avec une jeune journalistes ambitieuse (Zoe Barns) pour arriver à ses fins. Notre anti-héro Francis Underwood ne nous cache rien de ses ambitions avec des scènes face caméra ou il nous dit tout de sa pensée de manière brut et direct. Autour de lui, des politiques qui sont manipulés, des événements détournés pour servir ses propres fins, bref House of Cards nous invite dans un monde où l’homme est un animal à l’allure respectable mais au fond indompté et sauvage.

ELITE DE LA NATION

Netflix a fait une entrée fracassante dans le monde des séries avec House of Cards; jusque là le site se contentait de proposer des programmes en vidéo à la demande mais aucune production original, House of Cards montre ainsi de quoi Netflix est capable, les moyens y sont est les résultats également. Réalisation sombre, scènes expressives, aucun plan n’est là pour styliser quoique ce soit. Séquence sur le son d’une trompette sifflante qui révèle un ton inquiétant, parfois oppressant, il n’y a aucune jubilation dans House of Cards le ton est volontairement tourné vers se qu’il y a de plus sombre, parfois cruel. Le monde de la politique est fait ainsi, des affrontement de personnalité et caractère tous plus aiguisé les uns que les autres, conscient des équilibres qui se jouent et s’imposent, des rapports de force; ces hommes, Francis le premier, sont des égo se défiant en permanence. House of Cards nous dépeint une réalité bien plus présente qu’on le croit, des luttes de pouvoirs intestines qui ronge les institutions, la domination et l’infiltration des lobby (cercle d’influence défendant des intérêts particuliers). Enfin l’utilisation et la présence des nouveaux médias comme quatrième pouvoirs serait-il l’allié parfait pour Francis ou son ennemis qui attend le bon moment pour le faire trébucher à la dernière marche de ses ambitions ?

En définitive, House of Cards s’impose comme une référence pour cette première saison de 13 épisodes, succès critique en proie à devenir culte, vendu comme un événement partout dans le monde, notamment en France par Canal plus qui pour une fois a mis le doigt sur une pépite en devenir. C’est la durée qui nous dira si Netflix a réussit son pari, pour le moment bienvenu dans l’arène des grands.

Publicités