Friday Night Lights – Saison 5 : Bonne nuit Dillon

Posted on 30 septembre 2013

0




friday-night-lights-season-5-cast

Nous avions laissés la ville de Dillon divisé et le coach Taylor au bord du désarroi avec sa nouvelle équipe de Dillon East, moins de moyen et surtout pas d’équipe viable; résultat aucune coupe remporté et surtout une humiliation suprême.

Cette saison tout doit changer ! Vince Howard, Luke Cafferty et toute l’équipe sont entraînés et motivés pour remporter le championnat d’état du Texas, une ultime saison qui sonne comme une ode au sport, à l’Amérique et au Texas.

OBJECTIF CHAMPION

Nouvelle saison pour les Lions de Dillon, la nouvelle équipe a plus d’expérience notamment avec l’intégration du coach de Billy Riggins, le grand frère de Tim qui est en prison; l’équipe recrute également un nouveau joueur; Hastings qui arrive du basketball, mais le nœud n’est pas là, le retour du père de Vince Howard change le don, le leader des Lions s’embarque dans la folie de ce dernier et son irresponsabilité le met hors course en milieu de saison. Tout l’enjeu est ici, les Lions de Dillon Est vont réaliser un championnat mémorable, qui clôture la série de la meilleur manière que nous puissions espérer, la victoire. Il faut dire que le personnage de Julie prend son envol malgré un écart qui lui coûtera cher, Tim revient en fin de saison et le casting de la première génération fait des apparitions remarqué tel que Jason Street devenu agent sportif de talent, Tyra qui revient dans les bras de Tim Riggins ou enfin Matt Saracen épousant Julie.

Friday Night Lights a réussit son pari; celui de repartir d’un nouveau casting en saison 4 et le plaisir est resté le même, le coach Taylor (Kyle Chandler) reste un des personnage les plus marquant de la télévision quoiqu’on en dise, un modèle de morale et d’intégrité, un bon père et un homme qui a consacré sa vie au football et a ses joueurs, il a changer la vie de Vince Howard et celle de Dillon. Prouesse, Friday Night Lights ne déçoit personne, l’intensité est toujours là et chaque épisodes restent un plaisir, un instantané du Texas et de l’Amérique médiane, celle que certain appelle « la vraie Amérique ».

ADIEU DÉCHIRANT

L’émotion est une corde sensible, cela peut être vibrant comme absurde, mais Friday Night Lights nous offre des adieux déchirants. Apres une saison 1 où le coach Taylor devient champion d’Etat, nous voulions revivre cette intensité, c’est fait ! Friday Night Lights se clôture comme nous l’aurions voulut. Les derniers épisodes sont un enfer quand on sait que nous touchons au but, l’émotion nous gagne et la nostalgie aussi, le finale reste à la hauteur de la série : intense, profond, touchant mais résolument modeste, tout nos héro sont arrivées là par le football, grâce au coach Taylor et voir leur avenir se dessiner est quelque chose qui touche, ils grandissent et une nouvelle génération part avec eux.

Malgré des coupes budgétaires dans le budget de la série, Friday Night Lights garde une réalisation authentique qui a fait la marque de la série. A Dillon même histoire c’est la fin des Lions et les Panthers reviennent comme seul et unique équipe en fin de saison, c’est la fin d’une histoire, une page qui se tourne, comme si la fin devait avoir lieu.

En définitive, cette dernière saison est un vibrant adieu, en 5 ans Friday Night Lights aura parcouru un chemin chaotique sur le plan des audiences mais réussit au plan qualitatif. Chaque années l’envie de revenir était intact, mais il n’y a pas de saison supplémentaire, simplement une fin devant laquelle il est impossible de rester insensible, nous en avons pleurer. Bonsoir Dillon et merci.

Publicités